La bulle, ça fabule

La bande dessinée, la BD pour les intimes a, depuis longtemps, conquis ses lettres de noblesse. Elle retrouve aujourd’hui son espace en Algérie qui lui consacre désormais un festival grandiose et riche en couleurs.

Une immense barge à bulles a accosté à Alger et des bulles de tous horizons ont formé un bel arc-en-ciel pour porter au firmament, les illustres noms des précurseurs. Slim, Aider, Aram, Melouah, Kaci, et tant d’autres…..

Savante ou naïve, grosse ou minuscule, sérieuse et légère, la « B.D » a joué des coudes pour planter entre les monuments de l’art, son petit étendard sur lequel on peut lire : « la BD ou le neuvième art ».

Art majeur diront les spécialistes, un art qui plonge ses racines dans les peintures rupestres, dans les bas reliefs de l’antique Egypte et d’Asie mineure ou peut-être d’ailleurs.

Alliant avec bonheur, le trait, le mot et la couleur, la B.D. raconte et enchante le lecteur. Elle revient, la B.D. pour répandre sur nos esprits fatigués, une constellation de rêves, elle revient pour illuminer notre regard terne de mille couleurs fantastiques.

Elle revient avec ses personnages si attachants et ses bulles si magiques. Elle revient pour donner de l’espoir à l’enfance et lui faire croire que le monde est merveilleux.

La deuxième édition du festival de la B.D, sous l’égide du Ministère de la Culture, invite les émules à venir nombreux pour fêter « la bulle ».

« A vos bulles donc ! »

"Nous aussi, nous aimons la vie ..."

Chars, occupation, attentats, mur, mort ... c'est avec ces mots que, souvent, l'on évoque la Palestine. Les souffrances de ce peuples* sont indicibles.

Et pourtant, malgré les coups, les Palestiniens créent et vivent...

Mahmoud Darwish